Cela fait quelques années que je vois sur des sites web des informations supplémentaires sur le haut de la page : le temps approximatif pour lire une page. Après avoir consulté les plugins existants, je me suis retrouvé avec quelques difficultés d’implantation. Soit je devais utiliser un [Shortcode] sur tous les posts et pages avec le premier plugin, soit le second me calculait le temps de lecture de toutes mes pages dont la page 404. Quant au troisième, il utilisait un code JavaScript créant des conflits avec d’autres plugins. Ne trouvant rien qui correspondait à mes attentes, j'ai décidé d'en faire un.

 
 
❗️ Raccourci : Je préfère passer directement au plugin ❗️

Afficher le temps de lecture.

Voici ce que vous devez savoir sur les temps de lecture estimés en ligne : d’où viennent-ils, pourquoi les utiliser, comment les calculer et quand les éviter.

D’où vient cette tendance ?

Curieusement, cette tendance a peut-être commencé sur Twitter — le réseau social où les messages sont brefs.

En Avril 2009, le journaliste Mark Armstrong a commencé à utiliser le hashtag #longreads sur Twitter. Il cherchait un moyen pour que les gens puissent trouver et recommander de longs articles en ligne. Peu de temps après, il ouvrait le compte Twitter @Longreads puis un site, qui présentait seulement des articles et des histoires de plus de 1500 mots.

Le site Longreads avait un petit dispositif astucieux — un temps de lecture et le nombre de mots pour chaque article.

 

Longreads

 

En Novembre 2011, Amazon a ajouté ce qu’il a appelé « Time To Read » à son nouveau Kindle Touch, mais désactivé par défaut. Avec la sortie de Kindle Paperwhite en Octobre 2012, il a activé et a commencé à faire la publicité de cette fonction. Elle était si populaire que les gens qui avaient les anciennes versions de Kindle essayaient de comprendre comment l’obtenir.

Quand la plate-forme de blogging Medium a ouvert à tout le monde en Octobre 2013 — avec l’espoir de son fondateur Evan Williams « qu’elle permettra à l’écriture réfléchie et soignée, de prospérer » — le temps de lecture estimé était fermement ancré dans la culture de cette plate-forme.

 

Medium

 

Quand les gens voient un titre qui pique leur intérêt — et savent à l’avance que cela ne prend que quelques minutes pour le lire — ils sont plus enclins à cliquer sur le lien.

Il y a des preuves scientifiques de cette affirmation.

Comme expliqué dans le New Yorker :

In 2011, the psychologists Claude Messner and Michaela Wänke investigated what, if anything, could alleviate the so-called “paradox of choice” — the phenomenon that the more information and options we have, the worse we feel. They concluded that … the faster we decide on something, whether it’s what we’re going to eat or what we’re going to read, the happier we become. […] The more we know about something — including precisely how much time it will consume — the greater the chance we will commit to it.

Il y a aussi des preuves mesurables de cette affirmation, notamment en termes de KPI ou indicateurs clefs de performance (ICP).

L’ingénieur Front-End Brian Cray a ajouté un temps de lecture sur les articles de son site, puis regarda avant et après les mesures d’audience. Elles ont montré que l’affichage du temps de lecture avait amélioré l’audience globale de son site de 13,8%. « Ce qui est plus intéressant cependant, » écrit-il, « les gens me suivaient plus (66,7% de plus), en souscrivant à mon blog ou en retweetant mes articles. »

Le développeur Web David Michael Ross supposait que l’ajout du temps de lecture sur les articles de plus de 1000 mots dans son blog, pourrait chasser les internautes. Au lieu de cela, son taux de rebond global (bounce rate en anglais) a diminué de 13%.

Comment calculer le temps de lecture estimé ?

Vous pouvez calculer le temps de lecture estimé vous-même et il suffit ensuite de l’ajouter dans la partie supérieure de votre article.

Méthode 1 : Faites le calcul

Les recherches varient, mais en général, l’adulte moyen lit entre 250-300 mots en une minute.

Convertissez les mots en minutes ici, quelques décimales en secondes là, un peu d’arrondi à la fin... et vous pouvez calculer le temps estimé pour lire un article, manuellement.

Voici comment :

Trouvez votre nombre total de mots. Disons qu’il est de 848 mots.
Divisez votre nombre total de mots par 300. Vous aurez un nombre décimal, dans ce cas, 2,83.
La première partie de votre nombre décimal est votre minute. Dans ce cas, il est de 2.
Prenez la seconde partie — les points décimaux — et multipliez-la par 0,60. Ce sont vos secondes. Arrondir vers le haut ou vers le bas si nécessaire pour obtenir une seconde entière. Dans ce cas, 0,83 x 0,60 = 0,498. Nous allons arrondir à 50 secondes.

Le résultat ? 848 mots = 4 minutes et 50 secondes de lecture.

Méthode 2 : utiliser un calculateur en ligne

Un moyen beaucoup plus rapide pour obtenir le temps de lecture estimé de votre article est de laisser un calculateur le faire.

Il existe plusieurs outils en ligne, en voici un :

Read-O-Meter : Un outil super rapide créé par Tharique Azeez. Coupez et collez votre texte dans cet outil, puis appuyez sur « Estimate Reading Time ! » (Estimation Temps de lecture !) Instantanément, Read-O-Meter renvoie les minutes et secondes de l'estimation. L’outil calcule cette fois sur la base des 200 mots par minute, en moyenne de lecture.

Méthode 3 : utiliser un Plugin WordPress ou un Code Snippet

Il y a quelques plugins WordPress et extraits de code qui calculeront automatiquement le temps de lecture estimé de vos articles.

Vous pouvez également utiliser Smart Reading Time, un Plugin WordPress fraichement conçu par votre serviteur 😉.

Juste parce que vous pouvez, ne signifie pas que vous devriez.

Le temps de lecture est estimé "au sens de zéro" pour ces types de contenu en ligne :

  • Slideshows
  • Infographies
  • Pages produits
  • Landing pages
  • etc.

Penses-y. Si une page est lourde en visuels, comme dans le cas d’une infographie ou de diaporamas, galerie... le temps de lecture estimé ne va pas être exacte. Les pages produits et les Landing pages ne doivent pas détourner un visiteur de leur but, qui est d’acheter — peu importe combien de temps cela prendra. Et si vos articles ou billets de blogs ne dépassent jamais les quelques centaines de mots, voulez-vous vraiment afficher « 0 minute » « 1 minute » « 0 minute » « 1 minute » « 0 minute » au sommet de chacun d’eux ? Pourquoi pas !

Je suis sûr que vous pouvez penser à d’autres exemples. Le fait est qu’il faut utiliser votre jugement sur le moment où le temps de lecture estimé est le plus susceptible d’être utile à votre lecteur et à vos objectifs commerciaux. Ne sacrifiez pas un performant taux de conversion pour un système métrique — surtout si un meilleur engagement n’augmente en rien vos conversions. La seule façon, de savoir est de mesurer ces indicateurs avant et après avoir implémenté le temps de lecture estimé.

Non ! Tout le monde n’est pas fan

J’ai essayé de comprendre pourquoi un temps de lecture estimé changerait quelque chose...

ou

Mettre une étiquette de temps prévue sur un article tente de quantifier la valeur de l’article en fonction de la quantité de temps qu’il faut pour le lire.

ou

Le message subliminal est : Je sais que vous êtes une personne très occupée et je suis terriblement heureux que vous daigné à fréquenter mon petit blog donc je vous promets que cela ne vous prendra que cinq minutes de votre précieux temps pour lire ce document avant que vous puissiez poursuivre votre chemin et reprendre votre vie productive.

Soyez conscient que de nombreux journalistes détestent « franchement » cette métrique. Il est probablement énervant de voir un article sérieux, d’enquête dont un journaliste a passé tout un mois en recherches et écrits, savamment giflé par une étiquette « 12 minutes à lire ».

C’est peut-être la raison pour laquelle un chroniqueur de Slate US a déchiré son contrat de travail après l’ajout du temps de lecture estimé sur quelques un de ses articles.

 

Slate US

 

Rappelez-vous, chaque petit geste compte

La vérité est, que seulement 20% d’une page Web est lue de toute façon, les écrivains/blogueurs/artistes de la plume numérique, se trompent s’ils pensent ne pas avoir besoin de toute l’aide possible, qu’ils peuvent obtenir — y compris l’ajout du temps de lecture estimé.

PS : Merci aux 20% de lecteurs qui sont arrivés jusqu'ici !

Vous retrouverez toutes les données statistiques concernant nos congénères et leurs habitudes sur le site emarketer

Plugin WordPress Smart Reading Time


 
 
Smart Reading Time est un plugin WordPress (Gratuit) qui calcul et affiche le temps de lecture estimé pour chaque Post/Billet.
 
Simple dans sa conception et dans son utilisation.
Langues : Français/English

  • Vous pouvez choisir le "préfixe" - exemple : Temps de lecture estimé.
  • Vous pouvez modifier le nombre de mots par minute.
  • Vous avez également la possibilité d'afficher le temps sur tous vos posts/billets ou de le faire manuellement en utilisant le [shortcode].

 
 
Smart Reading Time 001
 
 

  • Deux [shortcodes] sont disponibles.
  • Vous pouvez l'intégrer à votre thème en utilisant do_shortcode
  • Vous avez la possibilité de modifier son aspect en intégrant les classes CSS dans votre fichier style.css

 
 
Smart Reading Time 002
 
 
Voici un exemple de rendu.
 
 
Smart Reading Time 004
 
 
Un fichier index.php ('Silence is golden') et un fichier uninstall.php sont inclus. Si vous désinstallez ce plugin, aucune trace ne restera dans votre base de données.
 
 
Page de Téléchargement